Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire les crocodiliens
Plan du site / Reptiles/Crocodiliens/ Faux gavial
 

Un air de famille...

Il existe une espèce actuelle de « faux gavial » du genre Tomistoma en Malaisie, T. schlegelii. Longtemps classé dans la famille des crocodiliens, ce taxon a été rapproché récemment du groupe des vrais gavials sur la base d’analyses génétiques qui confirment que le museau étroit de Tomistoma est bien un caractère de famille.

Agrandir Le rostre de Tomistoma est cependant beaucoup moins spécialisé que celui de gavial. On notera aussi que le terme de faux gavial est impropre puisqu’il est également utilisé pour un animal africain sans relation directe avec Tomistoma. Tomistoma et Gavialis sont des migrants d’Asie et auraient colonisé progressivement l’Europe de l’ouest au miocène. Comme il n’existe pas de continuité dans les bassins d’eau douce, force est de constater que cette migration a dû s’effectuer via la mer en longeant les côtes en passant d’une rivière à une autre. Il est avéré que certains crocodiliens ont une tolérance à l’eau salée. Au Miocène en Europe occidentale, on rencontre le genre Tomistoma mais seulement sur les paléosites côtiers et jamais en Europe continentale contrairement à Diplocynodon.

Affamé…

 

Tomistoma est le plus gros crocodilien des faluns. Des dents énormes ont été retrouvées de pratiquement 7 cm. Elles sont beaucoup plus massives que les dents de gavial très spécialisé dans le régime piscivore. On est donc en droit de penser que le Tomistoma n’est pas uniquement piscivore, la densité de gros poissons dulçaquicoles n’étant pas assez forte pour satisfaire l’appétit du monstre. Il est plus que probable que Tomistoma mangeait tout ce qu’il trouvait à l’image de l’actuel T. schlegelii qui mange aussi bien des singes, que des cochons sauvages, des reptiles, des tortues ou des poissons. En gros tout ce qu’il arrive à attraper…Agrandir

Gavial