Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Hemipristis  le requin cuivre
Plan du site / Poissons / Requins / Hemipristis : le requin Cuivre
 

Hemipristis le requin Cuivre

Fossiles trouvés

 

Les dents d’Hemipristis peuvent être d’une élégance remarquable.
Mais il ne faut pas s’attendre à trouver des dents énormes. Les plus grosses dents trouvées en Amérique du nord font environ 7 cm. Celles des faluns dépassent très rarement 3 cm.

 

Connaissance d’ Hemipristis Serra

H. Serra est connu depuis l’Oligocène (38-26 millions d’années). Hemipristis Serra est un requin aujourd’hui disparu mais une espèce apparentée vit encore : Hemipristis Elongatus.

H. Elongatus vit dans les océans Pacifique et Indien. Ce requin est d’une taille moyenne et peut atteindre au maximum 2,5 m de long. Il vit dans les zones côtières à faible profondeur (jusqu’à 130 m). C’est un requin vivipare. Hemipristis est un requin longiligne avec une bouche relativement petite, un long museau arrondi et les ailerons sont fortement courbés.

Le régime alimentaire d’Hemipristis Elongatus comprend d'autres petits requins, des raies, des poissons osseux, et des céphalopodes.

Analyse de la dentition

Les dents d’Hemipristis Serra présentent des dentelures sur le tranchant de la plupart des dents. Les dents sont larges et inclinées sur la mâchoire supérieure, minces et droites sur la mâchoire inférieure.

Sur la mâchoire supérieure, de chaque côté de l’axe de symétrie (symphyse), il y a deux dents de taille réduite suivies de dents normales. Ces petites dents n’ont pas de dentelures. Toutes les dents latérales sont assez similaires et il est difficile d'assigner une position précise sur la mâchoire aux dents latérales retrouvées.

Le système dentaire d’Hemipristis fait preuve d’une redoutable spécialisation. Les dents inférieures étroites pénètrent la chair en profondeur pour maintenir la proie, pendant que les dents de la mâchoire supérieure cisaillent les chairs sur l’arête coupante inclinée. L’inclinaison des dents supérieures peut être interprétée comme une adaptation pour limiter l’effort musculaire d’occlusion de la mâchoire en limitant l’angle de pénétration pendant le cisaillement.

Notorynchus  : Le requin Griset