Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Isurus : Le requin Mako
Plan du site / Poissons / Requins /Cosmopolitodus
 

Isurus le requi Mako

Un requin puissant...

AgrandirLongtemps considéré comme une simple espèce d’isurus, l’espèce Hastalis a été reconnue depuis au rang de genre: Cosmopolitodus.
Le fond de l’histoire c’est qu’une fois qu’on a démontré que le grand blanc n’était pas issu du mégalodon, il a fallu refaire sa généalogie.
Au départ, ces dents à base large étaient considérées comme des dents latérales d’Isurus comme il en existe sur certaines positions dentaires chez les espèces actuelles.

 

Cosmopolitodus Hastalis

Dents supérieures larges aplaties et plus ou moins inclinées.
Dents inférieures un peu plus étroites plus épaisses et de profil en léger «S».
Racines à branches massives très étalées. Contrairement à ce que l'on a longtemps cru, le grand blanc ne descend pas de Megaselachus Megalodon mais bien de C. Hastalis.

 

Au bout d'un long processus


Sur la base de fossiles issus du site péruvien de Pisco, il a été possible d’observer des critères convergents qui installent la lente évolution des dents des Cosmopolitodus vers le genre Carcharodon. Le détail recherché, l’apparition de serrations sur le tranchant des dents.
Plus près de nous. Les dents des faluns d’Anjou Touraine montrent une arête tranchante lisse. Mais des cosmopolitodus plus tardifs (Serravalien de Loire Atlantique) commencent à présenter des irrégularités sur le tranchant qui annoncent les serrations d'un requin appelé Escheri. Voir la dent ci-contre.

Le plus intriguant dans cette histoire, c’est que les 2 requins (Megalodon et Carcharodon) au sommet de la chaine alimentaire de leurs époques respectives ont abouti à la même spécialisation dentaire avec une fine serration du tranchant qui permet de mieux couper les chairs.

Megachasma