Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Galeocerdo : le Requin tigre
Plan du site / Poissons / Requins / Requin-Baleine
 

De si petites dents pour un si grand requin!

Cette dent ne s’assortit pas facilement avec une des familles de requins classiques.  Elle est pourtant assez caractéristique d’un grand requin atypique : le requin-baleine. Les signes diagnostiques sont les suivants :

- Couronne et racine se développent en équerre.
- Couronne faiblement développée dont la base a tendance à former une sorte de goutte qui s’écoule sur la racine.
- Racine globuleuse.
- Plus subjectif mais souvent vérifié, la racine est assez lisse avec peu d’aspérités.
- Le seul accident visible sur la racine : un foramen nourricier latéral profond.


Par contre il manque le sillon médian sur la face basilaire de la racine.

 

Un géant inoffensif ...

Les requins-baleines sont des poissons très spécialisés. Ils se nourrissent essentiellement de plancton, mais peuvent aussi s’accommoder de tous petits poissons ou crevettes.
C’est pourquoi on retrouve les requins-baleines au rendez-vous des concentrations de microorganismes comme des aires de reproduction ou bien des zones marines où les nutriments sont abondants et permettent l’explosion de la vie.
La technique des requins-baleines, c’est d’aspirer un grand volume d’eau et de l’expulser par ses branchies. Le plancton se concentre alors dans les branchies. On a observé ce requin en train de « tousser » pour désengorger ses fanons pleins de nourriture, avant d’avaler.
Il n’existe qu’une seule espèce actuelle. Son plus proche parent est le requin-nourrice (orectolobiformes) avec qui il partage une localisation des yeux près de la gueule et aussi son modèle dentaire. Les dents de Rhincodon sont considérées comme un résidu évolutif et ne sont probablement pas fonctionnelles.
Ce sont les plus grands poissons connus pouvant atteindre plus de 12 m de long. La raison de cette taille est que ce poisson doit être capable de rester de longues périodes sans manger pendant les migrations entre ses lieux de pâturage. D’ailleurs lors de ses périples, il se laisse porter le plus possible par des courants de manière à économiser ses forces.

Requin nourrice