Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Les raies de faluns
Plan du site / Poissons / Raies /Rhinoptera
 

Les raies de faluns

La meule à coquilles...

Agrandir

Les Rhinopteras constituent une famille voisine de celle du genre Myliobatis. Chez Rhinoptera cf. studeri, la couronne est aussi épaisse que la racine. Comme pour Myliobatis, le palais est formé d'un assemblage de dents hexagonales qui constituent une meule de broyage. L'épaisseur supérieure permet de s'attaquer à de proies plus dures comme les bivalves, même si le régime alimentaire est finalement assez varié à base de crustacés et de microorganismes invertébrés marins. La résistance de ces segments de broyage est telle que les fossiles de Rhinoptera se fossilisent bien et ne sont pas rares.


Les rhinopteras actuelles sont plutôt des raies tropicales. Elles constituent des groupes souvent assez importants et se rassemblent là où la nourriture est abondante (estuaires de fleuves propices au développement des coquillages). Rhinoptera entreprend des migrations initiées par une baisse de température de l'eau ou simplement par la diminution des ressources de nourriture ou la pression écologique de prédateurs.

Ces raies détectent les coquillages en creusant les sédiments par un effet d'aspiration crée par les nageoires mais aussi en détectant de faibles champs biélectriques émis par les bivalves. La présence d'un rostre en prolongement de la tête de Rhinoptera aide également à excaver les proies des fonds marins.

Pour les proies à coquilles dures, les coquillages sont broyés et les résidus durs sont rejetés par les fentes branchiales.

Pour les invertébrés en suspension dans l'eau, le principe de prédation est plus simple : une simple aspiration franche permet d'ingérer ces petites proies molles.

 

Myliobatis