Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Les proboscidiens
Plan du site / Mammifères/ Les proboscidiens / Défenses de Gomphothérium
 

Gomphothérium

Chasseurs d'ivoire...

Chez les gomphothères, le développement des incisives débute par des défenses de lait. Elles sont de très petites tailles (quelques cm) et surtout portent de l’émail enveloppant assez rugueux à leur extrémité.

Après la chute de ces premières défenses déciduales, il apparaît desskull Gomphotherium défenses définitives à croissance continue.

Au départ les défenses juvéniles ont aussi l’extrémité émaillée mais avec l’usure de la pointe et la poursuite de la croissance de la défense, le capuchon émaillé disparait.

A l'âge adulte, il ne reste qu'une pointe d'ivoire sur les défenses inférieures. Pour les supérieures, il persiste une bande émaillée latérale. On notera que ces défenses montrent d'assez grandes variations individuelles.

Au départ, l’incisive est de petite section et n’est pas très saillante.
Au cours de la croissance, la défense grossit en section et en force. Le guillochage de la section apparait et s’amplifie et donne plus de résistance à ces défenses. Cette structure donne une telle résistance au cisaillement qu'en cas de cassure, la défense tend plutôt à se scinder longitudinalement. Il est donc fréquent de retrouver les défenses cassées dans le sens de la longueur.

Défenses supérieures...

Tusk miocene Les défenses présentées ici sont des incisives juvéniles. Et donc des dents définitives.

Au départ ces défenses juvéniles ont un capuchon émaillé comme le montre la photo de gauche, mais avec l’usure de cette extrémité et la poursuite de la croissance de la défense, la partie émaillée disparaît. Seules les défenses supérieures conservent une bande d’émail latérale.Tusk Gomphotherium

Cette bande est irrégulière mais visible sur l'extrémité de défense ci-contre. Toutefois cette bande d'émail n'est pas tout le temps retrouvée sur l'intégralité de la longueur de la dent. En effet certains vieux adultes Tusk gomphotheriumperdent l'aptitude de générer de l'émail avec l'âge. La bande d'émail n'est alors visible que sur la partie antérieure de la défense.

Et il faut aussi parler de fossiles très improbables qui ne ressemblent pas à grand chose. Les variations sont telles qu'il est difficile de donner une description exhaustive de toutes les nuances autour du modèle de base.

Par exemple le fossile ci-contre est probablement un germe de défense supérieur femelle de gomphotherium.

 

Défenses inférieures...

Tusk GomphotheriumAprès la chute des défenses de lait, les défenses définitives commencent leur croissance.

En section elles sont toujours plus ou moins pyriformes avec une dépression longitudinale en forme de canal peu profond sur sa face dorsale, comme la petite extrémité de défense ci-dessus le montre.

Tusk gomphotheriumAu cours de la croissance la défense engage une espèce de torsion. Et donc au départ de lamandibule le plus grand diamètre de la section est quasi-vertical pour donner plus de résistance et à l’extrémité, la défense montre une face aplatie horizontale pour favoriser le maniement de "l'outil".

Tusk GomphotheriumLà encore on peut observer de très nombreuses variations autour du thème, en particulier sur la section des incisives qui peuvent passer de quasi-rondes à très aplaties.

L'image ci-contre correspond la section d'une extrémité de défense inférieure.

 

 

Pour ceux que ça intéresse...

2 publications à lire absolument (très bien illustrées et passionnantes) :

"The Proboscidea (Mammalia) from the Miocene of Sandelzhausen (Southern Germany)" Ursula Göhlich (2010).

"L'odontologie de Gomphotherium angustidens (Cuvier,1817) (Proboscidea, Mammalia) : Données issues du gisement d'En Péjouan. (Miocène moyen du Gers, France)." Pascal Tassy, 2014