Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Les proboscidiens
Plan du site / Mammifères/ Les proboscidiens/Défense de déinotherium
 

Deinotherium

Les négligées de la science

Si les défenses de lait et juvéniles des Gomphotheriums ont été largement étudiées, celles de Deinotherium n'ont curieusement pas fait l'objet de beaucoup d'attention. Les descriptions brèves de Stelhin (1925) font encore référence en la matière.
deinotherium tusk
Je pense que ces incisives existent dans les collections mais n'ont pas pu être identifiées, faute de support documentaire.
La pauvre dent montrée ici a d’abord subi la digestion par un charognard. Seules les parties émaillées ont supporté ce traitement. Après elle est restée facilement 15 millions d'années dans les sédiments des faluns. Enfin comble de malchance, elle est restée au moins 10 ans dans ma boite fourre-tout avec des morceaux d’émail!

Alors au final pas facile à reconnaitre. Et pourtant elle remplit bien les critères de Stelhin, avec son extrémité spatulée, son constriction au collet d’émail, sa légère excroissance sur l’arête, et sa zone d’usure contournante. Elle ressemble étonnamment à l’incisive 550 de Pont-Levoy.Tusk Gomphotherium

L’autre dent ressemble plus à la pointe de la défense 549 de Pont-Levoy avec une face convexe et l’autre plane. Au départ je l’avais classée dans les incisives de lait gomphotherium. Mais elle ne rencontrait ni vraiment les critères d’une incisive supérieure ni ceux d’une supérieure. Finalement elle ferait une défense de déinotherium tout à fait honorable. Défense de lait ou bien défense juvénile?...

En savoir plus

 

Défenses définitives...

Souvent rêvées, rarement retrouvées… Les défenses de déinotherium sont à croissance continue.gomphotherium
deinotherium tusk

L'analyse de la section de la défense est intéressante, puisqu'elle permet de comprendre le processus de croissances de la dent par une série de dépôts de dentine par l'intérieur de la cavité pulpaire. Il devrait être possible de définir l'âge de l'animal en comptant les stries si on admet qu'une strie correspond à une période donnée.
L’autre indication intéressante, c'est le mode d'effilage de la pointe de la défense. Il y a 2 procédés :
Un mode d'usure (inégalement répartie)
Un mode de désquamation; les couches périphériques de dentine se cassant vers la pointe. Ce processus est intervenu du vivant de l'animal comme l'observation des zones à la binoculaire le montre.