Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Insectivores
Plan du site / Mammifères/ Insectivores /Echinosorex
 

Insectivores du miocène

Des dents à la pelle...

EchinosorexCette incisive de forme spatulée est particulière mais quand même difficile à déterminer.
Elle est de taille tellement petite qu’on peut rapidement limiter le champs d’investigation. Ce n’est ni un rongeur ni un lagomorphe à cause de la forme typique de leurs incisives. On devra se limiter à regarder les insectivores. Certains talpidés du miocène (des desmans) montrent des incisives un peu dans ce style mais leur cuspide latérale est en continuité d’un cyngulum sur la face linguale. Ce qui n’est pas le cas de la dent montrée ici.
Alors le meilleur candidat pour cette dent c’est la famille des éracinidés. Les incisives des animaux de cette famille sont assez peu connues mais il existe toutefois certaines espèces présentant ce type de morphologie.
Alors va pour un Echinosorex!

 

Plus tardive...
Agrandir

Les Echinosoriciés (Hérissons sans piquants) ont été retrouvés sur une assez longue période. Cette dent est une prémolaire inférieure (2 ou 3) et est issue d’un site de fouille entre la Loire Atlantique et la Vendée. Elle est raisonnablement datée de MN9.
Son aspect piquant mais robuste est concordant avec les dents des gymnures du miocène d’Europe.

Pour être plus précis, cette dent correspond à celle d'un Galericinae. Le genre restant à définir...

Des hérisssons à poils!...

Au miocène, les éracinidés sont des animaux fréquents dans les faunes européennes.
A la différence de maintenant, les hérissons vrais ne constituent pas la famille dominante qui est plutôt représentée par le groupe des Echinosorex. Au contraire de nos hérissons, ces animaux n’ont pas de piquants mais des poils. Il subsiste encore quelques éléments de cette famille dans le sud-est asiatique avec des animaux un peu étranges comme les gymnures. En fait, ils ressemblent plus à des rats qu’à des hérissons!

La fréquence des échinosorex dans les faunes miocène au détriment des animaux à piquants pourrait avoir une raison finalement inattendue. En effet la connaissance des Echinosorex du miocène repose sur des gisements où ils ont été retrouvés assez nombreux: les remplissages de fosses karstiques. Or la concentration de ces restes est généralement attribuée à des rapaces, qui ont abandonné les os des proies pendant des années au même endroit. Et comme la présence de piquants chez les hérissons décourage vivement les prédateurs et on comprend que ces animaux aient été moins chassés que les échinosorex.
Et donc il est possible que les animaux à piquants aient été aussi nombreux que les échinosorex mais qu’ils aient été simplement peu rassemblés et peu fossilisés! Pour ce qui concerne la période MN3 et MN 5 des faluns, les espèces recensées en Europe appartiennent pour la plupart à Lanthanotherium et à Galerix. Ces insectivores devaient certainement avoir une écologie comparable aux échinosorex actuels avec des apports alimentaires variés à base d’invertébrés (insectes, vers) mais aussi avec quelques contributions marginales de vertébrés comme des amphibiens ou des poissons pour les espèces liées à un écosystème proche de l’eau douce…
Pour autant la présence des hérissons vrais est attestée de manière continue depuis la fin de l’éocène, mais avec des restes tellement rares que cette faune est assez mal connue.

Un gros gymnure dans les faluns?..

AgrandirCe petit calcanéum n'a pas une forme très courante avec en particulier une extrémité proximale très comprimée.

Il m'a fallu longtemps avant de pouvoir proposer une détermination. Il a été nécessaire de passer en revue toutes les familles de mammifères repertoriées dans les faluns et procéder par élimination.

Il n'est resté que quelques animaux de taille compatible avec cet os. Ensuite il a fallu comparer l'os avec un calcanéum d'animal déjà répertorié pour arriver enfin avec un résultat convainquant. Il pourrait s'agit d'un calcanéum d'un echinosorex primitif (Probablement un Galerix sp?). Reste que cet os est un peu grand pour un insectivore. Il doit s'agir d'un animal un peu plus gros que ceux déjà connus, comme souvent l'évolution en fait apparaitre au cours du temps.

Insectivores