Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Cétacés
Plan du site / Mammifères/ Cétacés /Kentriodon
 

Pomatodelphis : le dauphin de rivière au long rostre

Un peu de modernité dans la famille…

Au miocène, au milieu des cétacés à l’aspect bizarre, apparaissent enfin des cétacés dont l’allure nous semble familière, ce sont des Delphinoidea, les premiers représentants des delphinidés modernes.
Les formes modernes sont apparues assez tardivement et donc les Delphinoidea les mieux connus et les plus courants au miocène sont les kentriodontidés. Cette famille est assez foisonnante et probablement polyphylétique.
Les bulles présentées ici proviennent d’un falun de Loire Atlantique de datation probable MN9, Miocène supérieur Serravalien. Elles sont assez caractéristiques des Delphinoidea à cause de l’excroissance sigmoïde d’une des extrémités (voir le S sur la photo). Après il est difficile d’aller plus loin dans l’analyse. Mais le Serravalien c’est encore un peu trop tôt pour parler de dauphins modernes. Il est donc logique de penser que ces bulles soient des bulles de Kentriodontidés, sans pouvoir le certifier.

Une famille qui reste à découvrir

La famille des Kentriodontidé constituent la famille la plus diversifiée des premiers delphinidés en terme de morphologie et de distribution géographique et temporelle. Malheureusement, alors que ce sont les delphinidés fossiles les mieux étudiés, il persiste de nombreuses questions sans réponse. La famille des Kentriodontidae a essentiellement été définie sur la base de caractères intermédiaires entre les odontocètes primitifs et les dauphins modernes.
Des différences entre les kentriodontidés et les delphinoides modernes apparaissent sur des détails tels que les proportions et la morphologie du crâne, le développement des sinus basicraniaux, le nombre de dents et leur morphologie, le nombre de vertèbres et leurs proportions.
L’humérus, le radius et le cubitus sont connus chez Hadrodelphis, et les surfaces articulaires de ces nageoires donnent à penser que ces nageoires étaient assez élargies.

La morphologie des vertèbres cervicales est connue chez quelques espèces (comme Hadrodelphis calveriense) et indique que les vertèbres cervicales des kentriodontidés étaient moins compressées que celles des delphinidés modernes. Chez ces espèces modernes, le corps vertébral des cervicales est extrêmement fin et peut même se souder à des vertèbres attenantes, rendant le cou rigide et très court. Ces animaux ont une colonne vertébrale plus rigide et sont des nageurs rapides comme l’actuel dauphin de Dall’s.
La longueur plus importante des corps vertébraux des cervicales chez les formes originelles suggère que le cou était plus allongé et aussi plus mobile. Les espèces avec des centrums longs doivent avoir eu plus de flexibilité et peuvent avoir été des nageurs plus lents mais plus manœuvrables comme le beluga moderne.