Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Cétacés
Plan du site / Mammifères/ Cétacés /Baleine à bec
 

Pomatodelphis : le dauphin de rivière au long rostre

Une discrète apparition dans la mer des faluns…

Dans les faluns d’Anjou Touraine (Mn 3 à Mn5), laTympanic kogia famille des baleines à bec existe mais le groupe se montre très discret. Je pense n’avoir vu que 2 dents assez caractéristiques de ces animaux dans les collections.
Ces sont des dents très comprimées latéralement, avec une racine hypertrophiée par rapport à la couronne, simple et subconique.
Il est difficile d’attribuer ces dents à d’autres familles de mammifères, c’est pourquoi on pourra contourner le principe selon lequel on ne caractérise pas une famille d’odontocète à partir de ses dents et affirmer que la famille existe bien dans la mer des faluns.

Pour ce que concernent les faluns de Loire Atlantique Vendée datés MN 9 donc plus tardifs, on connait plusieurs rochers bien caractéristiques. 3 rochers identiques ont été trouvés au même endroit, ce qui reste étonnant compte tenu de la rareté habituelle des ziphiidés. En effet ces animaux vivent plutôt dans les eaux de grande profondeur, loin des côtes. Leur présence dans les faluns peut s’expliquer par des échouages…


Les naufragés de la connaissance...

Les baleines à bec (ziphiidés) constituent une famille étrange, discrète et mal connue d’odontocètes. On reconnait 21 espèces actuelles rangées dans 6 genres: Berardius, Hyperoodon, Indopacetus, Mesoplodon, Tasmacetus et Ziphius.

Kogia L’écologie de ces animaux est pratiquement inconnue.
Ils ont l’aspect de dauphins mais souvent de taille beaucoup plus importante. Ils montrent une tête souvent difforme dont le rostre ressemble à un bec d’où leur nom de "baleines à bec".
A l’exception du genre Tasmacetus, l’évolution de la plupart des genres a favorisé une régression extrême du nombre de dents. En effet, comme les cachalots, ils se nourrissent en grande partie de céphalopodes qu’ils absorbent par succion. La présence de dents est donc rendue inutile.
Les seules dents qui persistent gardent un rôle dans les parades nuptiales et elles ont souvent évolué en forme de défenses qui se projettent hors des mâchoires.
On pense que les populations des ziphiidés sont réduites. Par contre au miocène, la famille a été assez foisonnante. Aussi le nombre d’espèces ou de genres recensés au néogène est en plein essor.
Toutefois le nombre d’individus caractérisant chaque nouvelle espèce est toujours très limité confortant l’idée selon laquelle les populations d’une même espèce n’étaient pas très importantes à l’image des ziphiidés actuels.