Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Artiodactyles
Plan du site / Mammifères/ Artiodactyles / Tragule
 

Dorcatherium

Difficile à classer

Dorcatherium appartient à la famille des tragules. Ces animaux existent encore et l'on compte 6 espèces qu'on rencontre dans les milieux boisés d'Afrique et d'Asie. De taille variable selon les espèces, les tragules restent globalement de petits animaux de sous-bois.
Si l'on rapproche, avec raison, les tragules des cervidés, on est obligé de remarquer un nombre important de caractères primitifs chez ces animaux. D'ailleurs l'allure générale de l'animal fait penser aux premiers mammifères avec une vague apparence de musaraigne. Les tragules ne possèdent pas de bois, et l'extrémité des pattes montre 4 doigts bien développés. S'ils sont polygastriques, la première chambre de l'estomac (rumen = chambre de fermentation) reste peu développée.

Pour ce qui concerne les dents, les tragules du miocène possèdent encore une dentition complète avec des canines supérieures proéminentes. Mais ce sont surtout les prémolaires aux couronnes hautes, comprimées latéralement et coupantes qui différencient Dorcatherium de l'image classique des dents de ruminants.

Il existe même encore une prémolaire 1 inférieure uniradiculée qui donne à cette dent un aspect inhabituel. Les molaires inférieures montrent des pointes arrondies qui se distinguent des arêtes vives des dents solénodontes des cervidés. Ces molaires conservent cependant une organisation générale en lune sur le modèle des molaires de cervidés.
Ce système dentaire fait penser à celui des suidés. Cette convergence s'explique par la primitivité de la dentition mais aussi par le régime alimentaire de ces animaux.
En effet les tragules consomment des feuillages tendres mais aussi des fruits charnus que les PM hautes permettent de décharner et que les molaires basses finissent de broyer.
D'ailleurs l'allure générale de l'animal (penchée vers l'avant) favorise la collecte de ces fruits tombés à terre.

Cachés dans la forêt...

Dorcatherium

 

Le genre Dorcatherium est arrivé par migration au MN 4 ou 5.
L’étude de l’écologie des tragules actuelles est particulièrement intéressante pour interpréter le mode de vie de Dorcatherium.

Ce sont des animaux solitaires et nocturnes, vivant dans la pénombre de forêts denses. Certaines espèces nagent très bien et vivent à proximité des cours d’eau dans lesquels ces animaux se jettent parfois pour échapper aux prédateurs.


Ce mode de vie actuel est particulièrement en dit long sur les paysages Miocène du val de Loire …

 

 

Pour une fois c'est facile à déterminer!

La dent est légèrement roulée et sans racine. Cet indice intéressant permet de penser que le fossile daterait plutôt du Langhien. En effet, les dents transportées par les fleuves contemporains de la mer de faluns sont généralement plus abîmées que les dents présentes dans les sables sous-jacents du Burdigalien.
Cette molaire montre des cuspides ronds, un sillon vertical profond à l'arrière et la base du métaconide (tubercule antéro-interne) et surtout, à l'avant de la dent, une petite crête qui établit un pont entre les deux tubercules antérieurs.
Compte tenu de la petite taille de la dent on peut estimer qu’il s’agit de Dorcatherium Guntianum, la plus petite tragule des faluns.

Agrandir

 

Il existe une autre espèce un peu plus grande Dorcatherium Crassum qui se rencontre dans les mêmes gisements que Guntianum. Au point qu’on s’est demandé s’il ne s’agissait pas d’une seule et même espèce. La différence de taille des dents s’expliquerait par un dimorphisme sexuel. L’hypothèse d’une espèce unique est étayée par la présence de dents inclassables de taille intermédiaire. J’ignore où l’on en est de ce débat…

On pourra aussi mentionner D. Penecki et D. Naui... La famille est finalement assez nombreuse...