Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Artiodactyles
Plan du site / Mammifères/ Artiodactyles /Antilope
 

Suidés : les cochons

L'essor des bêtes à cornes

Eotragus

Avec le changement climatique des débuts du miocène, les saisons deviennent plus différenciées et  la végétation devient plus sèche en été.
Ceci  favorise l’émergence d’un artiodactyle qui est capable de manger la végétation herbeuse et plus abrasive des nouvelles steppes. Eotragus,  c’est en fait la première antilope primitive.
Elle développe de petits appendices osseux recouverts d’une enveloppe cornée caractéristique des bovoïdes. Ces premières cornes sont assez simples.
L’origine d’Eotragus reste mystérieuse mais comme Andegameryx est pressenti comme un genre « prébovoïde », on aurait bien vu Eotragus descendre d ‘Andegameryx. mais comme Eotragus est apparu soudainement, on est plus enclin à penser que l'animal est venu par migration.
Le tout premier Eotragus (Artenensis) est apparu au MN4. Cette première espèce est suivi par E. Sansaniensis au MN 5 de taille un peu supérieure.

Ces premières espèces d'antilopes discrètes sont en fait les précurseurs d’une famille qui va connaître un essor fulgurant.

Dents hypsodontes!?...

Agrandir

En principe les dents de Bovoides sont hypsodontes c'est-à-dire avec une couronne assez haute. En principe aussi la muraille labiale montre des colonnes assez importantes.
Mais pour ce qui concerne Eotragus Sansanienis , l’évolution hypsodonte est commencée mais pas aboutie  au point qu’il est parfois difficile de distinguer une dent un peu haute de cervidé d’une dent d’Eotragus. Par ailleurs, les molaires inférieures d’E. Sansaniensis n’ont pas de styles développés sur la muraille.
Donc le premier critère pour reconnaître une dent d’Eotragus reste l’absence de pli paleomeryx et un émail un chagriné. Mais il existe aussi d'autres critères qu'utilisent les spécialistes pour venir résoudre le mystère des premières dents d'antilope.