Les fossiles des vertébrés des faluns du val de Loire Artiodactyles
Plan du site / Mammifères/ Artiodactyles / Amphimoschus
 

Suidés : les cochons

Ni bois ni corne

Avant les grandes invasions du début du miocène, la faune de pecora était composée de runimants sans bois. Dans les faluns, le petit Andégameryx était le plus fréquent mais il existait aussi des animaux plus gros regroupés dans une famille aux contours troubles: les Moschidés. Très abondants au miocène basal, ils ont vu leurs populations se réduire suite à la compétition avec des cervidés, puis des bovidés, 2 familles probablement issues de cette mouvance moschidés. Parmi les genres rencontrés au MN3, on peut citer Oriomeryx, Ampelomeryx, des espèces de la famille des Dremotheriums avec Amphitragulus, qui montre des affinités avec les premiers cervidés vrais.

Et puis enfin au MN5, on rencontre Amphimoschus qui a trouvé sa place dans les nouvelles compositions de faunes et qui devient même abondant dans certains sites comme Pontlevoy.

Amphimoschus est connu en Europe de MN3 à MN5.

Au miocène, les mâles Amphimoschus montraient de fines canines très longues destinées aux combats entre mâles et le cas échéant utilisées contre tous autres importuns.

Un classement approximatif

Agrandir

Chez Amphimoschus, la dent la plus facile à déterminer c'est la m3 inférieure avec 2 cuspides (labiale= entoconulide et linguale = hypoconulide) sur le lobe postérieur.

Les dents inférieures n'ont pas de 'pli paleomeryx'' franc. Cette distinction rapproche Amphimoschus des tout premiers bovoïdes. Son classement chez les moschidés est même contesté.

Les autres caractères distinctifs sont une hauteur assez importante de la dent, une colonnette élancée entre les cuspides linguales, et une absence de fusion de l'émail des croissants de l'hypoconide et du protoconide.

La dent montrée ici a un croissant du 3ieme lobe très régressé (entoconulide) mais accompagné par un tout petit croissant d'émail. Cette figure est atypique, au même titre que la colonnette entre les 2 lobes postérieurs.